Le petit prince

IMG_0839

Sur une photo proposée par Cédric, un texte écrit par venise 

Petit prince.

Installé dans mon siège bébé, au ras des pâquerettes, comme on dit…

Je n’ai que quelques semaines mais je sais déjà tellement de choses. Dire qu’ils pensent tous que je ne les comprends pas, alors ils adoptent un langage « bébé » pensant qu’ainsi ils se mettent à ma portée. A croire qu’ils ont tous oublié la légende de l’empreinte de l’ange. La fossette que les bébés ont au creux du menton et qui est la trace du doigt de l’ange posé sur leurs lèvres afin qu’ils ne dévoilent pas tout ce qu’ils savent. Les bébés ne révèlent pas leur savoir mais conservent tout en mémoire. Ils savent tout de la marche du monde, de l’âme humaine.

Alors là, j’observe la vie minuscule, celle qui se trame entre les brins d’herbe. J’observe les insectes minuscules, leur lutte pour survivre, les coccinelles si mignonnes, les libellules, les papillons qui volettent. Le duvet que j’ai sur ma peau fine se hérisse à la vue des vilaines araignées ou autres cloportes.

Mais surtout j’observe la vie des « grands », il y a d’abord les enfants, ceux qui pensent être beaucoup plus grands que moi et qui pourtant ont perdu le savoir qu’il me reste. Car c’est ainsi, au premier anniversaire, la mémoire s’efface, une sorte de reset général comme diraient les geeks ! C’est ce qui explique que plus tard on n’ait que si peu de souvenirs de la toute prime enfance. S’il y a quelque chose que vous ne savez pas, allez y demandez moi, je sais tout ou presque. Seule la mort reste un mystère, on nous a expliqué que c’était pour ne pas nous influencer quant à la religion. Mais pour tout le reste, je sais, c’est ainsi.

C’est difficile de tout savoir, parfois j’aimerais mieux pas…

Observer les gens et savoir ce qu’il y a dans leur tête, connaître leurs pensées les plus intimes, les plus basses aussi parfois.

Observer les enfants, tout savoir de leurs bêtises, de leur fourberie, et les voir abuser leurs parents naïfs.

Je ne me plains pas, j’ai eu de la chance dans le fond. Ma famille est formidable, ma mère la surnomme « la tribu » il faut dire que trois enfants, ça fait déjà famille nombreuse !

Les parents n’ont l’air pas trop mal, un peu fantaisistes, un peu bohème. Mais peu importe si l’ordre ne prime pas, ici c’est l’amour la règle d’or, avouez qu’il y a pire !

Mon frère et ma sœur aussi, je les aime bien. Lui est du genre silencieux, mais observateur, et elle a tout de suite incarné le rôle de « petite maman ». Je les aime déjà tous.

Je pourrais vous parler ainsi encore pendant des heures mais l’heure fatidique de la sacro-sainte sieste a sonné « parce que les bébés ça doit dormir l’après-midi » je ne sais qui a inventé cette règle aberrante. Mais pour leur faire plaisir, je fais semblant, je ferme les yeux, je mime de temps à autre des petits sourires béats, je sursaute légèrement, bref tout ce que fait un bébé en dormant, et pendant ce temps, je pense, je pense… donc je suis !

Publicités

Une réflexion sur “Le petit prince

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s