La boîte à musique

Nouveau jeu chez Ecrits Croisés, Mots Liés. Cette fois nous écrivons un texte à 6 mains, puisque Venise, Cédric et moi-même avons écrit ensemble ce texte.

On partait avec une musique de départ, et chacun à notre tour avons écrit une partie du texte.

Saurez-vous retrouver qui a écrit quoi ?

Gawel

La musique : Music Box de René Aubry

Il remontait lentement le mécanisme de la petite boîte qu’il venait de retrouver…

Elle faisait partie des derniers vestiges d’une époque qui lui semblait si lointaine, déjà du haut de ses 12 ans.

Parmi tous les objets qui auraient pu attirer son attention dans cet amas de vieux objets, cette boîte à musique était celui qui l’avait immédiatement captivé.

Encore toute poussiéreuse – était-ce le poids des années, ou la conséquence de ce qui s’était passé ces dernières vingt-quatre heures ? – la première chose qu’il fit en la voyant était de souffler sur son couvercle pour envoyer danser ces fines particules dans l’air.

Malgré un âge avancé, le précieux objet était encore intact, hormis quelques éraflures de ci de là. Elle avait un liseré doré, et sur le couvercle un motif fleuri et ces initiales : V.C.

Lorsqu’il l’avait ouverte, la boîte découvrait alors une clé accompagnée d’un petit mot qu’il avait d’abord mis de côté. Il aurait tout le temps de découvrir ce qu’il disait.

Mais là ce dont il avait besoin, c’était de se raccrocher à quelque chose qu’il connaissait, quelque chose qui le rassurerait. Il voulait entendre cette mélodie qui avait bercé son enfance, alors après avoir fini d’enrouler le ressort du mécanisme, il relâcha tout, laissant entendre le son de la musique comme de son émotion…

Sans s’en rendre compte, il ferma les yeux et se trouva emporté en quelques secondes dans sa chambre d’enfant. Celle où il avait vécu ses cinq premières années.

A ses narines l’inimitable parfum de sa chambre, savant mélange des effluves du parquet ciré, de la couverture toute douce et fraîchement lavée, l’odeur de ses jouets, celui du coffre en bois. Il ressent même la température qui y régnait l’hiver, la chaleur sous la couverture et le froid au bout du nez car la nuit on ne chauffait pas, question d’économie mais aussi parce que c’est meilleur pour la santé disait sa mère.

Il ferme les paupières encore un peu plus fort, et là c’est la main de sa mère caressant sa joue qu’il sent, parce qu’elle faisait toujours ça avant de le laisser seul. Elle mettait en route la boîte à musique, n’oubliait jamais de laisser la porte entrouverte afin que le noir complet n’envahisse pas la chambre, caressait sa joue une dernière fois, et déjà il fermait les yeux en écoutant le bruissement de sa jupe et ses pas qui s’éloignaient dans le couloir.

Mais la musique s’interrompt déjà et il rouvre les yeux, se trouvant plongé à nouveau brusquement dans la réalité.

Afin de s’en évader durant encore quelques instants, il déplie le papier qui était déposé à l’intérieur de la boîte. L’écriture à l’encre turquoise ne lui est pas familière et il a du mal à déchiffrer la signature. Il arrive cependant à lire….

A celui ou celle qui trouvera cette boîte,

J’ai retrouvé cette boîte à musique dans ce qui semblait être la chambre d’enfant au premier étage. Quant à la clé, elle bloquait le mécanisme de la boîte, je ne sais pas ce qu’elle ouvre. J’ai eu beau chercher dans toute la maison, je n’ai pas trouvé la serrure à laquelle elle correspondait. J’ai été incapable de les jeter, et je n’ai pas retrouvé les anciens locataires pour les leur remettre. Ils sont partis sans laisser d’adresse. S’il vous plait, conservez-les si possible, peut-être reviendront-ils un jour.

Hélène locataire de 1999 à 2002

Des larmes de reconnaissance tout autant que de nostalgie coulaient sur ses joues. Il n’est plus un enfant à présent, bien que loin d’être un adulte. Il n’est plus le petit garçon qui a besoin de la mélodie de la boîte pour s’endormir. Mais il voudrait de tout son cœur pouvoir serrer dans ses bras cette Hélène qui a préservé pour lui une partie de son enfance. Il n’a jamais su pourquoi ils étaient partis si précipitamment. Néanmoins, il comprend à présent que le fait d’abandonner la boîte dans cette maison ne constituait pas un oubli. Parcourant le grenier recouvert de la poussière délicate du souvenir, il contemple tous ces objets que les locataires qui leur ont succédé ont laissés derrière eux, suivant leur exemple. Chacun de ces objets recèle-t-il, comme pour lui, un indice d’une histoire dont ils ont perdu le fil ? Il voudrait se laisser aller à les étudier, mais ne peut se le permettre, chacun est un sanctuaire, y fourrer le nez serait les profaner.

Il ramasse la clé et la porte devant ses yeux. Que peut-elle bien ouvrir ? Et qui a décidé de la laisser ici ? Ce père qu’il n’a pas revu depuis leur déménagement, ou sa mère avec qui il est allé s’installer chez ses grands-parents ? Il est venu chercher des souvenirs, peut-être des réponses, et voici qu’il ne trouve que de nouvelles questions. Cependant, avoir retrouvé la boîte à musique est déjà magnifique. C’est un cadeau du ciel. Il la fourre dans son sac et se relève, abandonnant les trésors du grenier de cette maison où ne résonne à présent que le vide. Il repasse par la porte dérobée qui ouvre sur le garage resté ouvert et reprend sa route qui aurait dû le mener du collège chez ses grands-parents. Ses pieds battant le trottoir il se demande s’il aura le courage de les interroger une nouvelle fois.

 

A suivre…

La suite est à lire ici : https://ecritscroisesmotslies.wordpress.com/2014/04/13/la-boite-a-musique-episode-2-2/

Publicités

4 réflexions sur “La boîte à musique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s